GLOSSAIRE

POUR VOUS FAMILIARISER AVEC LE VOCABULAIRE DE LA CÉRAMIQUE

Argile séchée au soleil

Argile : ou terre ou glaise, c’est la matière première des céramistes. Roche sédimentaire meuble constituée principalement d’alumine, de silice et de différents oxydes métalliques. Elle est imperméable, grasse au toucher et quand elle imbibée d’eau peut être modelée. Elle se dessèche sous l’effet de la chaleur et se cuit pour un usage utilitaire (tuiles), artisanal (poterie), artistique (sculpture)

Barbotine : argile délayée utilisée pour les raccords et les décors en céramique. Elle fait usage de « colle » pour l’assemblage de différentes parties de terre en cours de modelage. Elle sert également pour le moulage de pièces, sa fluidité s’adapte au relief du moule.

Biscuit :  argile cuite une première fois (on dit aussi dégourdi ou tesson) en vue de recevoir l’émail en deuxième cuisson.

Chamotte : matériau dégraissant traditionnel composé d’argile calcinée. Pour les grosses pièces de céramique, on incorpore également des tessons (débris broyés de pièces cuites). Apporte à l’argile  la résistance aux chocs thermiques inhérents à la cuisson raku.

Colombin : technique qui permet de créer des formes libres, par opposition aux formes de révolution issues de la poterie tournée. En contrepartie, les pièces montées au colombin sont usuellement plus épaisses et d’une facture plus rustique. La technique de la poterie au colombin fut employée par toutes les civilisations primitives (et continue de l’être en Afrique) avant que ne soit mis au point le tour de potier. Son usage fut repris à l’époque contemporaine par les créateurs céramistes qui cherchent dans cette technique un mode d’expression proche de la liberté de la sculpture.

Couverte : terme général pour désigner l’enduit vitrifiable posé sur le biscuit céramique pour le rendre imperméable et brillant. Cet enduit peut être un émail ou une glaçure.

Ébauchoir : outil en buis (bois dur) qui permet de modeler, lisser et assembler différentes pièces d’argile en cours de travail.

Émail : appelé aussi glaçure, est un enduit vitrifiable posé à la surface d’une terre déjà cuite (biscuit) afin de la durcir, de la rendre imperméable ou de la décorer. Il est appliqué sous forme liquide. L’émail ou glaçure se présente comme une poudre fine, composée de minéraux ou d’oxydes, qui doit être mélangé à de l’eau et à d’éventuels additifs. Le mélange doit être homogène et stable dans le temps pour assurer une bonne conservation. Il doit permettre de bonnes conditions d’émaillage, de séchage et de tenue jusqu’à l’enfournement.

Émaillage : application du mélange liquide de l’émail ou glaçure  sur le biscuit soit par pulvérisation, soit par trempage, soit au pinceau.

Enfumage : processus nécessaire dans une cuisson raku consistant à placer, dès la sortie du four, les pièces céramique dans des bidons ou récipients contenant des combustibles (copeaux, sciure etc.). Ces combustibles s’enflamment dans un premier temps puis produisent de la fumée ou du carbone dès l’instant où les bidons sont recouverts d’un couvercle.. L’enfumage crée une atmosphère réductrice (voir plus bas) sans apport d’oxygène.

Engobe : revêtement mince à base d’argile délayée (colorée ou non) appliqué sur une pièce d’argile pour modifier sa couleur naturelle. Les engobes sont posés sur le matériau céramique non cuit quand il est vert (c’est-à-dire qu’il vient d’être façonné mais n’est pas encore sec). Comme l’engobe contient de l’argile, s’il était posé sur la céramique sèche il se fendillerait à cause du retrait de la terre. Les engobes ne se posent généralement pas sur un biscuit ou une pièce déjà cuite. L’engobe peut se poser comme l’émail soit par pulvérisation, soit par trempage, soit au pinceau.

Estampage : après avoir réalisé des plaques d’argile, on peut les appliquer par pression sur ou à l’intérieur d’un objet existant ou dans un moule en creux ou relief avec ou sans motif. Il suffit d’assembler ensuite les pièces estampées entre elles.

Fritte : mélange de silice et autres matériaux que l’on rend insoluble par le procédé du frittage qui consiste à porter en fusion le mélange choisi dans un creuset. La fusion est coulée dans de l’eau et le verre obtenu une fois broyé et réduit en poudre fine se nomme fritte. Une fritte au plomb par exemple est un émail contenant du plomb qui est rendu inoffensif pour le potier par ce procédé. Utilisée couramment en céramique raku, elle peut être transparente, mate ou colorée.

Glaçure : autre nom de l’émail ayant les mêmes fonctions. Une glaçure est une fine pellicule de verre recouvrant tout corps céramique. C’est la définition la plus générale. D’autres termes (couverte, émail, fritte) sont utilisés pour désigner de façon plus précise le type de glaçure et le type d’argile à laquelle elle est destinée.

Lustre : effet d’irisation à la surface du tesson obtenu en atmosphère réductrice lors d’un l’enfumage rapide en sortie de four.  L »oxyde de cuivre posé avant cuisson est particulièrement réactif.

Mirette : outil utilisé par les sculpteurs pour enlever la terre glaise en excédent lors de l’exécution d’un modelage

Modelage : à partir d’une boule à volume défini, on peut creuser et constituer un vide par pression régulière de la paroi en effectuant une rotation. On obtient ainsi un contenant ou forme concave. Pour la sculpture on peut ajouter de la terre comme en enlever, modeler seulement avec ses doigts ou se servir d’outil adaptés (mirettes, ébauchoirs)

Moulage : si l’argile est sous forme de plaques appliquées sur un support, le moulage s’apparente à l’estampage. Si l’argile est fluide sous forme de barbotine elle est coulée dans un moule en plâtre et ce dernier absorbe l’eau en suspension. Ensuite, l’argile se raffermit et se rétracte pour pouvoir être démoulée. Le moulage d’une pièce peut nécessiter d’être effectué en plusieurs partie  en raison des contre dépouilles.

Réduction : se rapporte à une atmosphère sans oxygène produisant du carbone ou noir de fumée. C’est ce que l’on nomme enfumage, ce dernier révèle certains effets sur l’émail tel que lustres et l’apparition du tressaillage.

Tressaillage : sous l’effet du choc thermique à la sortie du four à 980°, l’émail tressaille ou se rétracte en produisant de fines ciselures à sa surface

tressaillage_600x275

Tressaillage d’émail

 

En savoir plus :

La poterie et le modelage (encyclopédie Wikipedia)

Vous découvrirez également d’autres indications en lisant Les mots des céramistes


>> Bibliographie >

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s