Historique

De l’origine à nos jours

Le raku s’inscrit pleinement dans l’histoire de la poterie traditionnelle.

Son origine se situe au Japon où pratique et philosophie se sont rencontrées.

Le raku est le prolongement et même l’aboutissement de la poterie traditionnelle.
A l’origine, seuls les potiers devenus maîtres  s’adonnaient  à cette pratique relevant d’une longue expérience.
Il prend son essor au XVIème siècle avec la rencontre d’un moine zen  Sen no Rikyu ou Soeki et  d’un potier coréen Chojiro

En associant spiritualité et pratique, les fondements de la cérémonie du thé furent posés  avec une place prépondérante pour le bol raku

Lors de ce rituel, chaque participant a son bol (exécuté ou non par lui-même). Une fois cuit et émaillé il  est utilisé comme pièce centrale.
Par ailleurs, tous les ustensiles nécessaires sont eux-mêmes choisis par le maître de cérémonie pour leur simplicité et leur beauté extrêmement  sobre.

Une pratique associée à une philosophie ou art de vivre : le Zen

Trois mots pour la résumer : joie, aise, bonheur.
La pratique raku associe intimement un savoir faire en lien avec la nature, une façon particulière d’investir le temps et le lieu où l’on travaille.
Au Japon elle est encore liée au  rituel de la cérémonie du thé, l’une comme l’autre se magnifient pour relier la nature et l’homme dans une forme de transcendance ou de contemplation méditative.

Dans la cérémonie du thé, le bol est l’élément central. Sa forme, sa couleur, sa beauté sont les marques du potier, le maître de cérémonie met en scène ce rituel et partage avec ses invités un moment de paix, de silence ou de méditation.

Raku est aussi le nom d’une lignée de potiers célèbres au Japon, lignée qui se perpétue actuellement.
En occident,  quelques amateurs savent apprécier l’esthétique particulière d’un bol raku et connaissent son histoire et son origine. Chez nous le bol  n’est qu’un simple objet utilitaire parmi d’autres.

La céramique raku de nos jours

Du XVIème au XXIème siècle, elle a fait son chemin au fil du temps et de la géographie.
Si les céramistes contemporains aiment encore fabriquer des bols, depuis les années 70,  ils ont largement ouvert le champ de leurs recherches et de leurs productions (sculpture, objets utilitaires ou décoratifs).
La vulgarisation de cette technique ne nécessitant pas un matériel sophistiqué et l’accès à une technique apparemment facile  ont donné lieu à des réalisations échappant souvent à l’esprit d’origine.

Actuellement, au Japon comme ailleurs, la céramique raku ne s’est pas limitée au rituel du thé. De nombreuses réalisations témoignent d’une création diversifiée  plus ou moins nourries par cette tradition mais s’inscrivant à présent pleinement dans la création contemporaine.

 

Pour en savoir plus :

sur le moine Zen Sen no Rikyu ou Soeki
sur le potier coréen Chojiro
sur la cérémonie du thé

 

>> Caractéristiques >

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s